L’enfant unique en Chine

C’est en 1979 que la politique de l’enfant unique a été mise en pratique pour la première fois. Avant son application, une large progéniture n’était pas seulement un symbole de prospérité, mais aussi et peut-être la seule et unique manière de subvenir à ses besoins les plus basiques. La Chine d’antan était une société agraire caractérisée entre autre par une nette distinction entre riches et pauvres, l’absence d’une quelconque aide sociale et l’impossibilité contraignante de s’élever dans les strates sociales. Cela poussait le commun des mortels à se répandre toujours plus. 

Comme l’auteur et historien chinois Mo Yan, à qui le prix Nobel de la littérature à été attribué en 2012 le décrit avec tant d’ironie et de joie de vivre dans son roman « Grenouilles », le contrôle de naissance est une tâche qui non seulement s’avère extrêmement complexe, mais tout aussi dur à accepter pour les dizaines de millions de paysans qui se voient du jour au lendemain dans l’obligation d’adopter une toute nouvelle manière de concevoir la notion de famille. 

C’est avec une main d’acier que cette mesure politique continue à être appliquée dans les moindres recoins du vaste territoire chinois. On pourrait se poser la question si le peuple chinois s’y soumet aisément et la suit à la lettre. Car la politique de l’enfant unique figure bel et bien dans la constitution chinoise et c’est le devoir de chaque citoyen chinois de la respecter. Mais comme beaucoup d’autres lois en Chine, il y a toujours moyen de contourner la loi. En général les Chinois sont dotés d’un sens de l’ingéniosité fortement développé en matière de recherche de passe-droits en tout genre. 




"Vraiment si heureuse (la famille nombreuse)?" (propagande peinte à même le mur, contemporain)



En ce qui concerne le contrôle des naissances, la porte arrière n’est toutefois pas à portée de main. Hormis les quelques exceptions énumérées plus bas dans cet article, tout couple qui bafoue la politique de l’enfant unique se verra contraint de payer une amende. Celle-ci sera en partie déterminée par le fonctionnaire qui l’applique et diffère d’ailleurs fortement d’une province à une autre, ainsi que des revenus moyennes des futurs parents. Certaines sources parlent d’amendes s’élevant à un chiffre représentant deux à six fois le salaire annuel du couple. Les personnes dans l’impossibilité de payer cette amende se voient contraintes d’avorter. Une des raisons pour laquelle la population chinoise dont le chiffre officiel s’élève à 1,3millard est souvent remis en question est justement parce que certaines femmes cacheront leur grossesse et mettront au monde sans assistance. L’avortement forcé ou l’amende obligatoire peuvent donc être évités, mais l’enfant n’a pas de papiers, ce qui veut dire qu’officiellement il n’existe pas et n’est donc pas représenté dans les statistiques. On peut toutefois se procurer des faux papiers sur le marché noir, mais cela aussi s’achète à un prix très élevé. 

En Occident, nombreux sont ceux qui jugent la politique de l’enfant unique une insulte au droit universel qui stipule que chaque être dispose du droit de se procréer à son gré. Les fervents adeptes de cette mesure ne sont toutefois pas clairsemés non plus. En Chine une blague très populaire raconte comment on rentre dans le métro pékinois comme un humain et en ressort aussi plat qu’une photographie… Dans les moments de stress et de retard, la masse constante, les nombreuses heures passées à faire la queue, l’absence totale d’un endroit paisible et silencieux dans les grosses métropoles en met plus d’un de très mauvais humeur. C’est alors que la politique de l’enfant unique semble inévitable, une nécessité indéniable.

Mao Zedong a certes été un pilier de grande importance pour la réalisation d’une nouvelle Chine, mais l’une de ses graves erreurs, une qui continue d’ailleurs à persévérer, est la hausse faramineuse de la démographie chinoise. Bien que les trois années de famine consécutives au mouvement du Grand Bond en Avant (1958-1960) aient enchaîné la mort de millions de chinois, la population a doublé de 1949 à 1980. Des slogans tel que ‘Une bouche, deux bras’ incitant les masses à se procréer pour le bien commun d’un pays en quête de toujours plus de main d’œuvre afin de pouvoir réaliser le rêve d’une société prolétaire, n’y sont certainement pas pour rien. 

Avec la prise de pouvoir de Deng Xiaoping en 1978, on donna priorité aux réformes économiques plus qu’à ce grand rêve communiste. Afin que la société puisse se développer en concordance avec les besoins d’une gigantesque population, afin que les masses puissent jouir à long terme des ressources naturelles, afin aussi que l’harmonie de la société ne se perde pas dans de dévastatrices divergences entre groupes différents de la population, la politique de l’enfant unique à été décrétée. 


"Appliquer la politique de l'enfant unique, c'est la mesure élémentaire de mon pays." (poster de propagande des années 80)



Mais que contient-elle au juste ? Il y a-t-il des exceptions légales à cette constitution ? Voici une liste, toutefois quelque peu simplifiée des parents en droit d’avoir deux enfants.

  1. Un couple qui a mis au monde un enfant avec une maladie incurable ou un handicap tel qu’il/elle est inapte au travail. 
  2. Un couple dont le mari travaille à la mine ou en mer pour une période de cinq ans ou plus.
  3.  Après un remariage, si le nouveau partenaire n’a pas encore d’enfant ou si son propre enfant et celui de son nouveau partenaire ont été mis sous la garde de l’ex-époux/épouse.
  4. Une femme dont le corps médicinal l’a auscultée et déterminée étant stérile, et qui, après avoir adoptée un enfant tombe enceinte ne sera pas contrainte d ’avorter.
  5. La Chine reconnaît officiellement 56 groupes ethniques. La population totale est composée pour 92% de chinois Han. Les autres 55 ethnies sont des minorités non soumises à la politique de l’enfant unique. Dans certaines régions et pour certaines minorités le nombre d’enfants est limité à deux, pour d’autres il n’y a aucun contrôle. Le but est entre autre d’éviter que ces peuplades disparaissent dans les masses Han. Beaucoup d’entre elles conservent en effet l’usage de certains interdits, comme entre autre celui du mariage mixte. 
  6. Si le premier enfant est une fille ou si le premier enfant est un garçon mais que les frères du père n’ont pas de progéniture, le couple registré à la campagne à droit à un deuxième. On pourrait interpréter cette ‘tolérance’ comme l’extrapolation d’une société patriarcale dans laquelle la femme ne jouit pas d’un haut statut, et cela est certainement en partie la vérité. Toutefois, et d’une ampleur bien plus importante que cette traditionnelle discrimination de la gent féminine, est la préoccupation financière. Dans la campagne chinoise d’aujourd’hui, après avoir pris époux, la fille ira vivre sous le même toit que ses beaux-parents. Elle prendra soin de leur automne, des enfants et du ménage en général. Mais qui s’occupera de ses parents à elle quand ils ne seront plus en âge de labourer les terres ? Comment ceux-ci pourviendront-ils à leurs besoins, car l’aide sociale est insuffisante même aux nécessités les plus basiques. Même si la femme met largement la main à la pâte, le travail de la terre reste une labeur d’une telle lourdeur qu’il ne peut se passer d’une force masculine.
  7. Un couple composé d’une mère et d’un père sans frères et sœurs. Aujourd’hui ceci est le cas pour un peu moins de la moitié des couples en âge de fonder une famille. En 2013, le gouvernement a encore assoupli cette politique. Il suffit maintenant qu'un seul des parents soit enfant unique.


En 2009 la politique de l’enfant unique a fêtée ses trente ans, à cette occasion les médias ont révélés qu’elle a été d’une aide précieuse à la limitation de la démographie, tout comme elle aurait fortement aidé à éviter un boost démographique aux conséquences irréversibles et catastrophiques.  Depuis plusieurs mois maintenant la politique de l’enfant unique est toutefois remise en cause par les démographes chinois qui exigent non pas qu’elle soit éradiquée, mais bien qu’elle s’adapte aux nouveaux défis des conditions du mode de vie actuel, c’est-à-dire qu’elle évolue en conséquence avec les profonds changements de la société chinoise.


"Les bienfaits du controle de naissance sont très nombreux" (poster de propagande du début des années 80)

De gauche a droite:
Avantageux pour la santé de maman
Avantageux pour un travail de qualité
Avantageux pour l'éducation des enfants
Avantageux pour la construction du socialisme



En septembre 2013 des tentatives ayant pour but de mieux subvenir aux besoins que nécessitent le vieillissement de la population ont fait fureur sur le Net. La politique de l’enfant unique se relâche dans certaines zones de la Chine, entre autre à Shanghai, et la génération des années ’80, ’90 est de plus en plus le centre des consternations des Chinois. Rien à dire, le défi d’une si vaste population et les changements toujours plus rapides et répandus d’un si vaste territoire continuent à mettre à rude épreuve les grosses têtes de la Chine. 

Bien s'occuper des filles, c'est tout simplement bien s'occuper du futur d'un peuple 


Mon voyage

Visitez nos pages sous “Destinations” et choisissez vous même ce que vous voulez visiter. Un service 100% a la carte.

Témoignages

Bonjour Jacques, Je voulais juste te dire que nous sommes tous bien rentrés. Le séjour était formidable et nous avons pu le savourer de cette façon grâce à toi et ton équipe! Notre groupe vous remercie tous e ...

Plus